La chapelle de l’abside gauche, le transept gauche et les chapelles du bas-côté gauche.

Points d’intérêt 9

Écoutez l’audioguide

guide audio point d’intérêt 9

Transcription

Vous avez atteint la dernière étape de ce voyage à l’intérieur de la cathédrale d’Acqui Terme.

À gauche du maître-autel, vous trouvez la chapelle absidiale dédiée à l’Immaculée : elle est recouverte de stucs rococo datant de 1766. Sur son autel est placée une belle statue en marbre de la fin du XVIIIe siècle représentant la Vierge écrasant le serpent.

En continuant, sur votre droite, s’ouvre la Chapelle de San Guido

qui abrite l’urne dans laquelle est vénérées la dépouille mortelle du saint patron de la ville; la balustrade et l’autel en marbre de la chapelle, de style baroque, furent commissionnés en 1730 par l’administration citadine au suisse Antonio Ferrari, tandis que le retable au-dessus de l’autel est plus ancien. Daté de 1645, il est l’œuvre du peintre génois David Corte.

L’architecture décorative des murs avec ses vitraux remonte à 1934 et suit, à l’instar de la Chapelle du Crucifix précitée, un projet du chanoine Alessandro Thea.

En passant au-delà de la sortie latérale de l’église, vous pourrez admirer la Chapelle de Santa Maria delle Grazie,

qui comporte sur l’autel, une copie réussie de la Madonna di Foligno de Raphaël. On doit la conception de la chapelle à l’architecte bolognais Giuseppe Gualandi, bâtisseur prolifique et éclectique de structures ecclésiastiques à Acqui et dans tout le diocèse.

En continuant le long de la nef, après une série de confessionnaux en bois de style rococo, on arrive au baptistère, situé avant la sortie latérale, dans un positionnement communément indiquée par les prescriptions du concile de Trente. Œuvre remarquable, il constitue une partie très importante de l’église et une grande attraction pour les fidèles.

Sa chapelle a été conçue par l’architecte savoyard Giovanni Battista Nicolis de Robilant:

les fonts baptismaux élaborés, de style rococo

 et surmontés du groupe en bois représentant le « Baptême du Christ »,

datent de 1764 et sont l’œuvre du sculpteur Angelo Maria Ganna, tandis que les stucs, stylistiquement similaires à ceux de « l’Immaculée » et San Rosario, sont datés de 1771.

C’est au XIXe siècle que la porte commandée par la municipalité d’Acqui Terme, surmontée des armoiries municipales, achève la salle: le fait que ce soit dans ce baptistère que tous les enfants d’Acqui aient été bénis, en fait un lieu fondamental de l’identité citadine.

La visite se termine ici. L’écoute de ce guide audio – offert par l’hôte du Lions Club Acqui Terme Host– a pour ambition de donner aux fidèles, aux visiteurs et aux touristes l’occasion de mieux connaître et mieux apprécier les trésors cachés de la cathédrale.

En espérant vous avoir fait vivre de belles émotions, nous aimerions qu’elles vous donnent envie de les partager avec vos amis et votre famille qui, soyez en sûrs, seront accueillis à bras ouverts dans la Cathédrale et dans la ville d’Acqui Terme qui regorge d’autres trésors à découvrir.


Points d’intérêt 8

L’abside centrale avec l’autel principal et le dôme.

Retour à la page principale

Le guide interactif de la cathédrale d’Acqui

Menu de la visite

Retour à la page principale de la visite

Page d’accueil

Retour à la page d’accueil du portail